La Révolte Des Boxers – Pékin 1900 (2008) – Tilman Remme

En 1900, en réaction au démantèlement de la Chine par les puissances occidentales, la secte des Boxers prend d’assaut les ambassades européennes. Retour sur une insurrection encore très présente dans la mémoire collective chinoise.

À la fin du XIXe siècle, la société secrète chinoise « Poings de justice et de concorde », dont les membres pratiquent la boxe sacrée (d’où le nom de Boxers qui leur fut donné par les Occidentaux), devient le fer de lance du mouvement contre la présence des Occidentaux en Chine. Officiellement dénoncés par le pouvoir chinois, les Boxers sont en réalité soutenus par certains membres de la cour, en particulier l’impératrice douairière Cixi. L’exploitation économique et politique de la Chine par les puissances occidentales et le Japon, depuis les défaites humiliantes infligées par le Royaume-Uni lors des guerres de l’opium (1839-1842, 1856-1860) et par le Japon au cours de la guerre sino-japonaise (1894-1895), est la cause principale du ressentiment chinois, accentué par la crise économique.

En juin 1900, les Boxers prennent la tête d’un soulèvement de la population de Pékin déclenché sur ordre de l’impératrice. La foule attaque les missions catholiques, massacrant des prêtres ; l’ambassadeur allemand von Ketteler est assassiné en pleine rue, les légations étrangères sont assiégées. En réaction, un corps expéditionnaire international est organisé par les grandes puissances et placé sous le commandement du général allemand von Waldersee. Sa mission : libérer les ambassades à Pékin…

Source: Arte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s