Panda Farnana, un Congolais qui dérange (2011) – Françoise Levie

À travers la vie et les écrits de Panda Farnana, premier intellectuel Congolais à avoir été diplômé de l’enseignement supérieur belge en 1909, le film propose une réflexion sur les débuts du colonialisme tant en Belgique qu’au Congo. Panda Farnana, un Congolais qui dérange dresse le portrait d’un personnage atypique, à cheval entre deux mondes, celui de la Belgique et du Congo.

Ce documentaire retrace la vie et l’œuvre de Panda Farnana grâce à des documents inédits et des scènes d’évocation tournées au Congo. Il raconte la trajectoire exceptionnelle d’un personnage qui est en passe de devenir une légende nationale au Congo.

Elevé par une femme belge célibataire et artiste, Louise Derscheid, Paul Panda Farnana est le premier congolais à avoir obtenu un diplôme de l’enseignement supérieur en Belgique au début du 20e siècle. Nommé agronome, il retourne au Congo en tant que premier fonctionnaire belge à la peau noire. Il y subit un véritable apartheid et doit renoncer peu à peu à ses différents postes pour cause de harcèlement. Il rentre en Belgique en 1914 et, à l’annonce de la guerre, s’engage comme volontaire. Il est fait prisonnier et emmené en captivité en Allemagne jusqu’à la libération en 1918. Les années passées, tant au Congo que dans les camps allemands, le poussent à vouloir améliorer les conditions de vie de ses compatriotes. Pendant dix ans, il va consacrer toute son énergie à réclamer l’égalité entre les blancs et les noirs par l’éducation et la responsabilisation des chefs, sous les attaques virulentes de la presse coloniale. À travers Panda, le film explore les causes qu’il défend : abolition du travail forcé, importance de l’éducation pour tous dissociée de la religion, admission des Noirs au sein des instances décisionnelles de la colonie et en représentation internationale, respect élémentaire des droits de l’homme.

Panda Farnana meurt quelques mois après son retour au Congo, à l’âge de 42 ans, empoisonné par les gens de son village. En 1930, peu de temps après la mort de Panda Farnana, le gouverneur général Tilkens interdit à la population indigène de venir faire des études en Belgique. Il faudra attendre 1956 avant que Thomas Kanza devienne le premier Congolais universitaire en Belgique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s