Malcolm X: Make It Plain (1995) – Orlando Bagwell

Malcolm X: Make it plainIl a incarné le versant radical du combat pour les droits des Afro-Américains, mais aussi leur revendication d’identité et leur fierté. De l’enfance marquée par les violences du Ku Klux Klan à son assassinat par des membres de la Nation of Islam en 1965, ce documentaire retrace la trajectoire politique fulgurante et tragique de Malcolm X.

Malcolm X fait tôt l’expérience des violences racistes. Partisan du Nationalisme noir, son père est dans le collimateur du Ku Klux Klan. La maison familiale est incendiée plusieurs fois et le père finit par mourir dans des circonstances suspectes, probablement après avoir été poussé sous un tram. Après l’internement de la mère, qui sombre dans la folie, les enfants sont dispersés et Malcolm grandit dans un milieu blanc. À 17 ans, il vit de menues escroqueries et finit par monter un gang, ce qui le conduit en prison. Derrière les barreaux, Malcolm dévore les livres et découvre, par l’intermédiaire de ses frères et sœurs, le mouvement Nation of Islam. Celui-ci prône, entre autres, la fierté noire et l’autosuffisance économique. Il entame une correspondance avec son leader, Elijah Muhammad, et finit par se convertir. Dès sa sortie, il s’engage dans ce mouvement où il prend de plus en plus d’importance.

Personnage dérangeant, Malcolm X défendait une ligne dure faite de Nationalisme noir et d’autodéfense à une époque où les militants des droits civiques étaient partisans de non-violence et d’intégration. Nourri de nombreuses archives, ce documentaire ressuscite le formidable orateur qu’il était, haranguant les foules de Harlem et d’ailleurs, martelant avec passion et rage ses diatribes. “Il a incarné notre virilité. C’était notre prince noir en armure étincelante qui n’a pas hésité à mourir pour nous parce qu’il nous aimait”, commente l’acteur Ossie Davis. Bien qu’il ait mis toute son énergie au service des Black Muslims, Malcolm X apparaît comme un leader à part, dont le rayonnement dépassait largement celui du mouvement. D’où la rupture en 1964, provoquée aussi par des dissensions de plus en plus importantes avec Elijah Muhammad. Malcolm X, qui qualifiait au départ le Blanc de “vieille chose pâle”, finit par adoucir sa position après un pèlerinage à la Mecque où il vit rassemblés des gens de toutes origines. De nombreux témoignages émanant de personnages clés – le fils d’Elijah Muhammad, les proches et compagnons de route de Malcolm X, Capitaine Joseph X, de Nation of Islam – permettent de comprendre la trajectoire politique et l’évolution de celui qui reste une des figures majeures du combat pour les droits des Noirs américains.

Qui vous a appris à haïr la couleur de votre peau ?
Qui vous a appris à haïr votre nature de cheveu ?
Qui vous a appris à haïr la forme de votre nez et de vos lèvres ?
Qui vous a appris à vous haïr de la tête aux pieds ? – Malcolm X

Source: Arte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s