Le Dictateur (1940) – Charles Chaplin

Combattant pour son pays, la Tomania, en 14-18, un soldat sauve un officier blessé et s’envole avec lui dans un avion qui atterri en catastrophe. Après un long séjour à l’hôpital, amnésique, il rejoint le ghetto ou il possède une échoppe de barbier. Entre-temps, le Dictateur Hynkel est arrivé au pouvoir et prononce des discours contre les juifs. Dans le ghetto, sujet aux brimades des miliciens, le barbier fait la connaissance d’une jeune femme, Hannah, dont il tombe amoureux. Pendant ce temps, Hynkel rêve de conquérir le monde…

« Je suis désolé, mais je ne veux pas être empereur, ce n’est pas mon affaire. Je ne veux ni conquérir, ni diriger personne. Je voudrais aider tout le monde dans la mesure du possible, juifs, chrétiens, païens, blancs et noirs…« 

C’est ainsi que commence le discours final du Dictateur, moment-clé de l’œuvre « chaplinienne », incontestablement le film le plus ambitieux de son auteur et une véritable oeuvre humaniste qui garde toute sa puissance 60 ans plus tard. Qui mieux que Chaplin pouvait s’attaquer à Hitler et à ce qu’il représentait ? La coïncidence voulut que les deux hommes naissent à quatre jours d’intervalle en 1889 et qu’ils deviennent les deux « moustachus » les plus célèbres de la première partie du vingtième siècle, l’un le plus aimé, l’autre le plus haï.

Le Dictateur est le film de la rupture pour Chaplin dans la mesure où il abandonne son personnage de Charlot connu et adulé dans le monde entier depuis un quart de siècle pour prendre les traits d’un barbier juif. Rupture également avec le cinéma muet car Le Dictateur est le premier film parlant de Chaplin (« Les Temps Modernes » comportait des scènes sonorisées mais restait une oeuvre muette) et c’est à peu près à cette époque qu’il allait être la cible des politiciens américains au sujet de ses idées. Le film est, enfin, le premier véritable film de Chaplin qui repose sur un scénario entièrement rédigé avant le tournage, ce qui changeait des méthodes habituelles de travail du cinéaste.

Le film est une réussite exemplaire, oeuvre à la fois drôle, lucide et juste. Le film, dans sa forme, ressemble beaucoup aux films muets de Chaplin, son cinéma s’appuyant sur le langage de l’image à travers les gags visuels et le comique de situation qui ont fait le succès du personnage de Charlot. Le début, situé pendant la première guerre mondiale, fait irrémédiablement penser à son moyen-métrage « Charlot Soldat » qu’il réalisa en 1918 et qui déjà, témoignait d’une réelle audace dans la satire et le burlesque pour dénoncer l’absurdité de la guerre. Ici, il dresse un portrait véritablement saisissant et grotesque d’Hitler, de ses discours (la scène où les micros se tordent au son de sa voix, ce langage incompréhensible qu’il nous assène pendant ses discours sont de purs moments de folie comique) ou bien encore de sa mégalomanie (sublime métaphore du désir de conquête d’Hitler avec la scène où Chaplin jongle avec une mappemonde). Chaplin en profite également pour régler son compte à Mussolini et les scènes opposant Hynkel et Napaloni sont parmi les plus drôles du film.

Chaplin évite le piège du sentimentalisme et du mélodrame dans lequel il aurait pu tomber de par le sujet du film ; celui-ci, sous ses allures de comédie, offre une vision assez réaliste du danger que représentais Hitler à cette époque (Chaplin avait vu juste sur certains aspects de sa personnalité et de sa politique).

Le « clou » du film est bien évidemment son discours final. S’il fut un succès en son temps (le plus grand succès public de Chaplin), l’ensemble de la critique de l’époque reprochait à Chaplin ce fameux discours autant sur le fond (trop humaniste pour certains, trop « communiste » pour d’autres !) que sur la forme : le radical changement de ton du film au moment du discours – l’essentiel du film étant dans le registre du comique burlesque et de la satire – véritablement sérieux et porteur d’un message politique. Il représente sur le plan technique un tour de force puisque Chaplin est à l’image pendant un temps exceptionnellement long (près de six minutes) au cours duquel il s’adresse directement au spectateur. A ce moment là, le barbier laisse la place à Charles Chaplin lui-même. Cette scène est extrêmement puissante, pleine de courage et de lucidité : un véritable acte politique engagé.

Le Dictateur a permis à Chaplin de se surpasser dans la satire burlesque et de signer une oeuvre d’une rare intelligence et d’une réelle audace ; un véritable témoignage d’amour pour l’homme et la liberté en même tant qu’un pamphlet exemplaire contre toute forme de fascisme.

Source

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s