Quand Tony Blair devient criminel de guerre

● Londres, lundi 28 mai – Un manifestant a brièvement interrompu l’intervention de l’ancien premier ministre britannique Tony Blair devant une commission sur l’éthique des médias. « Cet homme devrait être arrêté pour crimes de guerre », a crié le militant pacifiste à l’adresse de M. Blair.

L’homme, vêtu d’une chemise blanche, a surgi de derrière un rideau, placé dans le dos du juge Brian Levenson, qui préside la commission d’enquête, à l’intérieur de la chambre 73 de la Cour de justice royale.

Le manifestant, David Lawley-Wakelin, 49 ans, a crié : « Excusez-moi, cet homme devrait être arrêté pour crimes de guerre. JP Morgan l’a payé pour la guerre en Irak, trois mois après avoir envahi ce pays. Il a volé 20 millions de livres sterling à la Banque d’Irak. Puis il a été payé 6 millions de dollars par la banque tous les ans, et c’est toujours le cas, six mois après qu’il a quitté sa charge. Cet homme est un criminel de guerre. » Plusieurs vigiles ont saisi l’homme puis l’ont dirigé en dehors de la Cour.

Le juge Leveson, apparemment choqué, s’est levé de son siège pour regarder sortir l’homme. Il s’est excusé auprès de M. Blair et a déclaré qu’il engagerait une enquête pour savoir comment cet homme s’était introduit dans l’enceinte du tribunal.

M. Blair, au pouvoir de 1997 à 2007, qui avait engagé son pays dans la guerre en Irak aux côtés des Américains, a gardé son sang-froid et a simplement tenu à souligner que tout ce qu’avait dit l’intrus était « totalement faux », avant d’ajouter : « Ce qui est difficile avec la politique moderne – et ceci n’est pas une critique des médias – d’après mon expérience de la manière dont sont traités les événements, est que vous pouvez très bien avoir mille personnes dans une pièce, si seulement l’une d’entre elles se lève pour crier quelque chose, c’est la seule info qui ressortira. Les neuf cent quatre-vingt-dix-neuf autres auraient tout aussi bien fait de ne pas se déranger. »

David Lawley-Wakelin n’en était pas à son premier coup d’éclat. Réalisateur du documentaire de quarante-cinq minutes intitulé The Alternative Iraq Enquiry (« L’Enquête alternative sur l’Irak« ), il avait été sous la lumière des projecteurs dans l’émission « Question Time », de la BBC, où il avait déjà accusé Tony Blair d’être un menteur, prêt à tuer pour du pétrole.

● Hong Kong, jeudi 16 juin – Un militant britannique de Hong Kong a tenté d’arrêter Tony Blair, affirmant qu’il était de son «obligation morale» de placer en détention l’ancien premier ministre pour crimes de guerre. Il a également déclaré que l’acte était symbolique.

Tom Grundy, un Britannique de 29 ans résidant dans le pays, a tenté d’effectuer l’arrestation à 17h40 heure locale, aux environs de 11h en Grande-Bretagne, tandis que l’ancien premier ministre prononçait un discours sur la foi et la mondialisation à l’université de Hong Kong.

Le militant a déclaré au Huffington Post UK qu’il avait prévu le coup deux jours avant le discours et attendait l’ancien leader du Parti travailliste une heure durant avant la tentative d’arrestation.

Grundy a dit qu’il voulait « renouveler la prise de conscience » sur Blair, qui selon lui avait violé le droit international dans son soutien pour la guerre en Irak.

«En 2009, Blair a admis qu’il serait partit en guerre indépendamment de la présence ou non d’armes de destruction massive alors que le droit international interdit les guerres pour des raisons de changement de régime. C’est pour ça que j’ai essayé d’effectuer l’arrestation, » a-t-il dit.

«J’étais à un mètre ou deux directement en face de lui, mais il y avait un troupeau de photographes ainsi que ses hommes en face de moi qui m’empêchaient d’aller plus loin. Je lui ai dit qu’il avait causé la mort d’au moins 100.000 personnes durant la guerre en Irak,

« J’ai clôturé en lui disant qu’il ne peut pas parler de religion alors qu’il a fait reculer la tolérance religieuse de plusieurs décennies. »

Après l’incident, qui a duré une ou deux minutes, Grundy a dit qu’il avait regardé Blair droit dans les yeux avant de quitter les lieux de son plein gré.

La tentative de Grundy se produit quelques semaines après que David Lawley-Wakelin ait interrompu Blair à l’enquête Leveson en l’accusant de « crimes de guerre. »

Source1        Source2

2 commentaires sur “Quand Tony Blair devient criminel de guerre

  1. David Lawley-Wakelin et Tom Grundy doivent penser à assurer leur sécurité : les criminels de guerre sont des sociopathes qui ne tolèrent pas les « mouchards » qui les dénoncent … comme à l’école primaire !… Ils sont encore très infantiles , ce que j’avais remarqué de Blair dès la première fois où je l’ai vu !… Les procédés contre Polanski étant notoirement inefficaces (… comme vient de le montrer l’affaire DSK !) , il va sûrement renoncer aux machinations sexuelles et utiliser quelques SAS qu’il peut faire chanter !… Cependant, même les « pros » ratent parfois leur coup !…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s